Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Délires staliniens de la Science en laisse

Le passage suivant est extrait d'une espèce de brûlot idéologique en réponse au travail respectable de quarante ans de carrière universitaire à l'université de Liège, celui d'un professeur d'endocrinologie nommé Jacques Balthazart qui a eu le culot d'écrire un livre sur la biologie de l'homosexualité sans avoir le permis. Les sous-titres sont en gras.

La question se pose de l’utilité de tels travaux

Ne cherchez pas ici, c'est interdit.

Les fonds publics investis dans ces recherches le sont-ils de manière pertinente?

Si nous ne pouvons pas vous dissuader de chercher ici, on sait à qui téléphoner pour vous couper les crédits.

Pourquoi aller charcuter des animaux cobayes dans un tel cadre alors que les recherches sur l’animal, discutables d’un point de vue éthique ou médical, devraient être limitées ?

Si nous n'arrivons pas à vous faire couper les crédits, nous en passerons par les ligues de protection animale.

La prochaine étape n’est-elle pas, en toute logique et rigueur scientifique, de tester de nouveau ces théories sur l’homme et sur la femme, comme les médecins anglais ont déjà eu loisir de le faire sur Alan Turing ?

Si l'émotion au sujet des animaux ne suffit pas, nous alerterons les comités d'éthique parce qu'on peut soupçonner les auteurs de ces recherches de vouloir trafiquer l'humain tôt ou tard .

Finalement, tout cela n’est-il pas basé sur des idéologies homophobes et sexistes vantant un prétendu «ordre symbolique des sexes et des générations» ?

Et si tout cela a échoué, nous les ferons accuser d'homophobie et de sexisme, une artillerie lourde à qui personne ne résiste.

Que la presse y regarde à deux fois avant de relayer, sans recul critique, des initiatives relevant parfois de la propagande en blouse blanche et participant d’un raisonnement différentialiste .

Nous avons la presse à l'oeil. Le journal le Monde, le Nouvel Obs, tous les grands journaux qui se sont interrogés inconsidérément avec le professeur Balthazart à la publication de son livre, auraient mieux fait de nous téléphoner avant de lui donner la parole.

Qui nous ?

Voir ici et préparez le banc de sous-titrage,.

Partager cet article

Repost 0