Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Témoignage télévisuel d' une grand-mère qui venait de quitter son mari septuagénaire lequel répétait, la gorge nouée et l’œil humide, qu’il aimait toujours sa femme.
Au bout d’un quart d’heure,on voyait apparaître en filigrane le dessin d’une vérité importune. Cette vieille dame répétait tout le temps « quelque part » comme une intellectuelle rive gauche. Elle hochait la tête d’un air déterminé. A bien la regarder, sa détermination avait un côté masculin qui attirait l’attention sur le reste : la coiffure grise, dégagée sur les oreilles et dégradée sur la nuque. L’absence de maquillage et de bijoux. Le profil d’oiseau de proie. Les gestes brefs, la voix grave, la veste grise, le gilet sans manches. On n’en apprenait pas davantage mais soudain on se disait que sa vocation tardive pour le célibat avait dû être induite par une rencontre ou une lecture. Une biographie de Nathalie Barney par exemple.

Partager cet article

Repost 0